Asie

À LA DÉCOUVERTE DE BALI !

Bali, l’île des Dieux mais surtout l’île du bonheur et du paradis ! Les amoureux des trecks, randonnées et du surf ne seront pas en reste sur cette île. Bali est une destination parfaite pour un premier voyage en Indonésie. Nous sommes partis (mon homme et moi) à Bali pendant 3 semaines et je suis tombée éperdument amoureuse de cette île !  Avant de commencer à détailler cet article, voici une petite vidéo qui j’espère vous donnera l’envie de découvrir ce pays magnifique :

 

  • Itinéraire: Bali, Nusa Lembogan, Lombok et Gili

Alors ça vous donne envie ?! Si oui tant mieux, je vais pouvoir commencer les choses sérieuses. Dans cet article je vais vous décrire jour après jour notre périple avec à l’appuie quelques photos des différentes étapes. Si vous avez lu mon guide pratique sur Bali voici un petit rappel de notre itinéraire complet :

  •  Kuta et Uluwatu temple:

C’est donc après deux jours de voyage et un stop à Dubaï que nous débarquons enfin à Denpasar la capitale, hé oui Bali ça se mérite ! Pour cette première soirée nous logeons à Kuta (proche de l’aéroport), nous arrivons de nuit complètement “jet lagués”, il fait 30 degrés dehors personnellement je ne réalise pas encore que ça y est je suis enfin à Bali ! Le lendemain après une bonne nuit de sommeil nous décidons de partir visiter le temple d’Uluwatu qui se situe au bout d’une falaise avec des singes pour habitant et l’océan à perte de vue. Pour s’y rendre nous avons pris un taxi (prix bon marché et négociable), c’est le mieux car il faut traverser une partie de la ville et comment dire c’est assez sportif la conduite en Indonésie. Petit conseil : attention aux singes de ce temple qui peuvent parfois être un peu vénères, rangez bien vos lunettes, appareils photos, bijoux, etc. (ils ont essayé de me piquer mes tongs quand même !). Après la visite de ce superbe temple nous partons sur les plages bondés de Kuta et Seminyak pour une petite séance de surf à l’australienne (vous pouvez louer des surfs pour pas grand chose un peu partout). Les plages de Kuta sont immenses mais un peu décevantes (trop de monde), c’est loin d’être la plus jolie partie de Bali.

  • Nusa Lembogan:

Pour notre deuxième journée nous quittons déjà Bali pour aller sur la petite île de Nusa Lembogan. Pour ce faire nous prenons un speed boat dans la petit ville de Sanur qui nous dépose en 30 minutes directement sur la très jolie plage “Mushroom bay” de Nusa Lembogan. Nous avons adoré cette petit île paisible qui regorge de plages splendides. Nous avons logé à l’hôtel “Sunrise Hut’s Lembogan” et je ne peux que vous le recommander ! Le personnel est adorable, le petit déjeuner très bon et la piscine à débordement avec vue sur la lagune est exceptionnelle tout simplement. Le seul petit point négatif est qu’il est assez loin du centre de l’île, il faut donc pas mal crapahuter pour y arriver mais bon après tout c’est ça l’aventure 🙂 Pour pouvoir visiter facilement l’île nous avons loué des scooters (directement à notre hôtel pour 4 euros la journée), et grâce à ça nous avons pu crapahuter, les cheveux au vent, un peu partout dans Nusa Lembogan. Le jour suivant nous avons décidé de faire du snorkelling (plongée avec masque et tuba), c’était vraiment génial même si nous avons loupé les raies mantas (trop de houle…..). Ah oui et petit conseil pour le snorkelling : si vous êtes comme moi à vous dire que parce que vous êtes sudiste votre peau est habituée au soleil : c’est totalement faux. Oui j’ai probablement du bruler ma peau au quinzième degrés pendant cette journée de plongée… donc protéger vous vraiment bien (crème solaire + tee shirt couvrant) !

  • Lombok et le volcan Rinjani:

En ce quatrième jour nous quittons Nusa Lembogan pour se rendre sur l’île de Lombok. Lombok est en quelque sorte la petite soeur de Bali, le tourisme n’y est pas encore fortement développé ce qui fait d’elle une île volcanique très sauvage. Lombok a également le deuxième plus grand volcan de l’Indonésie : le mont Rinjani qui culmine à 3700 m d’altitude. Et c’est précisément ce qui nous a emmené sur cette île !

Direction donc le mont Rinjani pour une ascension de folie qui sera plus que mémorable (vous allez comprendre plus tard pourquoi…). Nous avons décidé de faire ce treck en 2 jours et une nuit avec un guide (c’est obligatoire), pour cela nous sommes passés par l’agence de trekking “Rudy Treckker”. Vous pouvez choisir de faire le treck sur plusieurs jours (2,3 ou 4) sachant que la formule que nous avons choisi est la plus dense, si vous êtes avec des enfants je vous conseille d’étaler sur plusieurs jours. Nous débarquons donc dans le petit village de Senaru ou nous rencontrons notre guide Bullah et ses deux sherpas qui porteront tout le matériel de camping et la nourriture ! Pensez à prendre des bonnes chaussures de marche (c’est essentiel même), une lampe frontale (pour l’ascension de nuit, oui oui c’est au programme 🙂 ), une grosse polaire et des gants aussi il peut faire très froid au sommet du volcan.

L’heure du départ est fixée à 7 heurs du matin le lendemain, avec au programme plus de 2600m de dénivelé positif, 9 heures de marche pour faire 13 kilomètres le premier jour. Bon ça paraît chaud mais on est motivé comme jamais ! Nous voici donc à l’aube de notre cinquième jour, frais comme des gardons et prêt à affronter ce volcan. Nous partons donc à 7 heures de Senaru pour nous rendre à l’entrée du parc du Rinjani pour nous enregistrer (c’est obligatoire avant de rentrer dans le parc). Une fois l’enregistrement fait c’est parti on peut commencer le treck ! Pour l’instant tout va bien, nous marchons sur du plat avec l’imposant volcan à l’horizon et nous faisons connaissance avec notre guide qui est adorable ! Les choses se corsent très vite : nous arrivons sur un chemin qui grimpe de plus en plus avec en prime une chaleur écrasante. C’est la qu’on se dit que les choses sérieuses commencent. S’ensuit une montée sans fin dans la jungle et le brouillard, mes coups de soleils me brûlent encore plus la peau avec le frottement du sac à dos, j’ai chaud puis j’ai froid, je ne sens plus mes mollets ça devient vraiment de plus en plus dur. Heureusement que mon Homme souffre autant que moi, ça me rassure 🙂 Nous réalisons à quel point nos porteurs et notre guide sont incroyables. Ils sont en tongs, ils mesurent 1m50 et portent des charges de 30 kilos et ils sont tellement plus rapides que nous ! Et tout ça avec le sourire s’il vous plaît. Respect les mecs ! Et c’est après cette première ascension interminable que nous arrivons au camp de base en fin d’après-midi. Noter que nos tentes sont déjà montées parce que ça fait un bout de temps que nos incroyables sherpas sont arrivés. Nous sommes encore en vie et plutôt content d’avoir réussi cette première étape. Et c’est avec un grand sourire que notre guide nous dit que cette partie est seulement un petit échauffement, demain ça sera bien plus dur ( c’est possible ?). J’ai envie de décéder… le guide nous conseil de dormir très tôt car demain on se lève à 1 heure du matin pour faire la dernière partie de l’ascension. Le but étant d’arriver au sommet pour le lever du soleil.

C’est donc après une très courte nuit (vraiment très courte) que nous partons pour le grand final : la dernière ascension, the last one ! Toujours aussi motivé on s’équipe de nos frontales et de nos polaires, j’ai l’impression d’être une avanturière de l’extrême ! (oui il m’en faut pas beaucoup…). Pour résumer l’ascension au sommet se divise en trois parties : une première partie qui grimpe sévère pendant au moins une heure. Une deuxième plus “détente” à flan de crête avec le vide des deux côtés (vous inquiétez pas on ne s’en rend pas compte dans la nuit !). Et enfin la dernière partie… l’enfer ! Imaginez vous un dénivelé de 300 mètres sur une pente de 45 degrés dans du sable volcanique, j’ai l’impression d’avancer en moonwalk. Cette dernière heure est littéralement interminable ! Et finalement ON L’A FAIT ! Nous arrivons au somment pile poil pour le lever du soleil (#fierté). Le ciel se teinte de couleur orangées, la lumière est incroyable et la vue sur Lombok, le cratère et l’océan encore plus extraordinaire. On sait enfin pourquoi on a tant souffert depuis le début de ce treck, la vue en vaut carrément la peine. Je vous laisse en juger…

Après avoir longuement contemplé ce paysage grandiose (et après avoir pris des milliers de photos) il est temps de tout redescendre ! Bon à ce moment la je vous avoue que j’aurais bien aimé qu’un hélicoptère débarque pour nous redescendre, mais non ça n’est pas au programme… Il faut redescendre tout par le même chemin, et c’est tout aussi compliqué car ça glisse énormément. Cela dit nous arrivons tout de même à redescendre au camp de base en 2 heures, tout cela en prenant le temps d’admirer le paysage. Le plus impressionant est de se retourner et de se rendre compte de l’inclinaison de la pente que l’on a gravit ! Comment on a pu faire ça ?!

Nous arrivons donc au camp de base, où nous attend un bon petit déjeuner dans notre tente. On demande à notre guide combien de temps de repos on a devant nous avant de rentrer et celui-ci nous répond : ” Une heure ça va ? ” Ok…. On a déjà mal aux jambes, je sens que cette journée va être longue sachant qu’il nous reste 7 heures de marche (heureusement que de la descente) pour rentrer à Senaru. C’est donc après une petite sieste que nous entamons la descente, fatigués mais prêts à en finir ! Après quelques heures de marche on déchante : nos genoux nous font terriblement mal, on supporte mal le gradient de température (on passe de 5 degrés à 35 degrés en moins de deux heures..) et on a mal au ventre, vraiment mal.. un peu comme si un gastro-entérite doublée d’une migraine s’emparait de nous. C’est donc après quelques vomitos (#glamour) que l’on se rend à quel point on est à bout et épuisés. On arrive tant bien que mal à la fin de notre treck, je ne me suis jamais sentie aussi sale de ma vie ! On ne rêve que de deux choses : prendre une douche et dormir ! Ce que l’on a fait directement en rentrant dans notre hôtel de Senaru 🙂 En conclusion on est plutôt fiers de nous, on a quand même bien repoussé nos limites et on est arrivé jusqu’au bout !

Après avoir pris une bonne douche à notre hôtel de Senaru, nous partons pour Senggigi où nous avons réservé un sublime hôtel : le “Sherratton Senggigi”. On c’était dit qu’après un treck de 2 jours on méritait bien une nuit dans un bel hôtel. Il vaut certes un peu plus cher que la moyenne à Bali, mais il en vaut la peine. La piscine et le jardin sont incroyables, la chambre propre et spacieuse, et il y a même une plage privée… Nous nous sommes offert un massage de 3 heures avec vue sur l’océan… le paradis après tant de souffrances 🙂

  • Les îles Gili:

Après avoir profité de notre bel hôtel de Senggigi, nous partons de Lombok pour nous rendre sur les îles Gili pendant 2 jours. Les Gili sont composées de trois îles différentes : Gili Air, Gili Meno et Gili Trawagan. Si vous voulez faire la fête privilégiez Gili Trawagan, par contre si vous préférez le calme et le repos allez sur Gili Meno ou Gili Air. Nous avons passer une journée sur l’île de Gili Meno pour faire du snorkelling et profiter des plages paradisiaques de cette île puis une deuxième journée sur Trawagan. C’est notamment dans les îles Gili que vous avez le plus de chances de rencontrer des tortues ! Nous avons beaucoup aimé les deux îles, mais j’ai trouvé que les plages de Meno sont beaucoup plus paisibles.

  • Amed et ses alentours:

Nous quittons les îles Gili pour retourner sur l’île de Bali et plus précisément dans la région de AmedLa traversée Gili-Bali prend environ une bonne demie journée si vous prenez un ferry (plus rapide avec un speed boat).  L’atmosphère à Amed est très apaisante et tranquille. Nous avons pu visiter le superbe temple Pura Lempuyang perché dans les montagnes et le palais Tirta Gangga avec ses jardins luxuriant. Pour nous y rendre nous avons pris un chauffeur pour 15 euros la demie journée. Cela permet de ne pas se soucier de la route : il faut savoir que l’Indonésie est radine en panneau de signalisation.

Nous avions prévu un stage de plongé sur deux jours avec l’agence “Bali Dive Trek”. Nous avons réservé ce stage sur internet avant notre départ pour un prix de 250 euros par personne. Niveau prix profitez en si vous n’avez jamais plongé, car c’est beaucoup moins cher qu’en Europe ! Ce stage comprend des cours théoriques, des sessions en piscine, et deux plongées en mer dont une sur une épave de bateau (USS Liberty) à Tulamben. A noter que les moniteurs de l’agence Bali Dive Trek sont français (et aussi très sympathique), c’est donc plus rassurant si vous plongez pour la première fois. Nous avons adoré ce stage de plongé, on aurait bien prolongé d’une journée ou plus pour en profiter encore plus !

  • Ubud:

Direction maintenant la région d’Ubud pour les derniers jours de vacances (ça passe trop vite !). Ubud nous a donné l’impression d’être une ville très touristique en comparaison avec Amed. Mais finalement nous avons plutôt apprécié l’atmosphère cool et zen que dégage cette ville traditionnelle. Impossible de manquer la célèbre Sacred Monkey Forest Sanctuary, la bas vous pouvez vous balader tranquillement en compagnie des maîtres des lieux : les singes ! Pour tout vous dire on ne faisait pas les malins (bon ok surtout moi), certains sont vraiment gros et intimidants. Mais ça reste quand même amusant de les voir aussi près de soi. Attention fermez bien vous sac à dos et évitez de les regarder dans les yeux, ça peut les rendre agressifs. Autre lieux incontournable d’Ubud : le marché de la ville, très haut en couleur vous y trouverez de tout (souvenirs, offrandes, nourriture etc.). Le soir Ubud propose aussi de nombreux spectacles de danse balinaise traditionnelles dans les temples de la ville, vous en trouverez un peu partout.

  • Munduk et les rizières:

Ça y est c’est notre dernier jour sur Bali, et notre dernier jour en Indonésie tout court même… Pour éviter de trop déprimer nous avons décidé de passer cette dernière journée dans les hauteurs de la région de Munduk et surtout dans les fameuses rizières  de Jatiluwih. Pour nous rendre la bas nous avons pris un chauffeur à la journée (30 euros la journée pour deux personnes), vous pouvez aussi vous y rendre en scooter si vous aimez l’aventure (perso on a eu notre dose d’aventure avec ce foutu Rinjani) ! Récemment inscrites au patrimoine mondial de l’Unesco les rizières en terrasses sont vraiment la marque de fabrique du paysage balinais et je me voyais mal partir d’ici sans allez les voir ! Cet endroit est vraiment magique, vous pouvez vous balader au coeur de ces rizières paisibles et rencontrer les locaux qui cultivent le riz. 

Autre lieux emblématique de Bali : le temple Pura Ulun Danu Bratan. Les temples ce n’est pas ce qui manque à Bali c’est clair, mais celui est particulier car il donne l’impression de flotter sur le lac Bratan. Ce temple étant situé à 1200 mètres d’altitude la température y est agréable. Le brouillard est souvent présent autour du temple ce qui le rend encore plus mystique ! Pour vous y rendre vous avez deux choix comme pour les rizières : en taxi/chauffeur ou en scooter sachant que c’est à environ une heure de Ubud et que la route est assez sinueuse (route de montagne).

Ça y est cette fois c’est bien la fin de notre beau voyage … Je peux vous dire que j’ai mis plusieurs jours à m’en remettre, déjà pour encaisser le retour (35 heures de voyage ça pique un peu !), les 10°C et la pluie de Paris très loin du climat indonésien, défaire les valises et puis surtout revoir les collègues le lundi matin au boulot il y’a pas mieux comme retour à la réalité 😉

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *